Nofy Andriamanarivo

Les instructeurs du club de karaté Shotokan de Sainte-Foy possèdent une grande expérience de la pratique et de l'enseignement du karaté Shotokan. Afin de maintenir à jour leurs connaissances, ils participent régulièrement à différents stages de perfectionnement. Cliquez sur l'une ou l'autre des photos pour mieux les connaître...

                                                                       
                                                                                           Instructeur-chef: Gilles Périard, 7e dan

Adultes - brunes et noires


Bernard Drolet,
6e dan
Adultes - jaunes à mauves

Stephen J. Davids,
3e dan
Adultes - débutants

Maxime Bélanger,
1er kyu
Parents/enfants - avancés

Charles Madet, 1er kyu
Parents/enfants - intermédiaires

Nofy Andriamanarivo,
3e kyu
Parents/enfants - débutants


  ceinture grade année/pratique âge occupation lieu de résidence
Nofy Andriamanarivo Marron 3e kyu 11 ans 49 ans Technicienne en administration Sainte-Foy

autobiographie:

Quel plaisir de s’entraîner!!!!

J’ai toujours aimé le karaté. Lorsque j’étais jeune, mon père m’emmenait avec lui pour regarder son cours de karaté, style Wado Ryu. Ensuite, j’ai commencé à m’entraîner à l’âge de 10 ans et deux ans après, j’ai dû arrêter.

Un jour, en 1992, j’ai été victime d’un vol à la tire, alors que je marchais dans les rues. On a volé mon collier en or, cadeau de mon père. Ce jour-là, je n’ai pas accepté que les malfaiteurs pensent qu’ils peuvent attaquer facilement une femme. J’ai donc décidé de reprendre le cours de karaté pour apprendre à me défendre.

J’ai tant aimé le karaté qu’il m’arrivait de m’entraîner deux fois par jour, trois jours/semaine au dojo de Cimelta Jeumont à Tananarive, Madagascar, avec Sensei Joseph Henri (Shotokan). De plus, j’ai participé aux compétitions provinciales et nationales de Madagascar, et cela jusqu’en 2001.

J’étais devenue forte, pas physiquement, vu ma taille, mais mentalement. Je n’avais pas peur de marcher toute seule dans les ruelles, la nuit. Un jour, un homme en torse nu m’a attaqué dans le marché pour prendre mon bracelet en argent. La petite madame avait appris la leçon, elle s’est défendue avec un Mae-geri-kekomi (pas si fort que ça!), et l’homme s’est enfui.

Ce que j’ai acquis le mieux en pratiquant le karaté, c’est la forte maîtrise de soi. Grâce au karaté, s’il y a un incident, j’arrive à garder mon sang-froid et à réfléchir rationnellement.

Bref, le karaté m’a beaucoup appris.

Arrivée au Québec, en 2009, en cherchant un dojo Shotokan pour pouvoir reprendre encore une fois l’entraînement après huit années de pause, j’ai découvert le club de karaté Shotokan de Sainte-Foy. Encore aujourd’hui, j’adore ce style, mais aussi les qualités de l’enseignement.

Je ne veux plus quitter le navire.

Et voilà mon histoire d’amour du karaté!

Merci à tous les instructeurs, surtout à Sensei Gilles.

Nofy Andriamanarivo
3e kyu AKJQ