Jean Boisvert

Cette section présente les membres du club de karaté Shotokan de Sainte-Foy.
Cliquez sur l'un ou l'autre des noms pour consulter les fiches personnelles...


.
 
           
  Gilles Périard Bernard Drolet Chantal Éthier Omer Devilao  
  Marc Brissette Danny Dickinson Willy Tiakoh Stephen J. Davids  
  Thomas De Freyman Jean Boisvert Denis Pelletier  Gilles Richard  
  Van Diep Doan Louis Rioux Daniel Asselin Zakaria Sorgho  
  Anne Savoie Sébastien Bergeron Parfait Ajavon Mélany Rosa  
  Louise Noël Dany Aupin Guy Malenfant Pierre Fortier    
  Louis Duguay Lynda Goulet Sylvia Geeurickx Paul Lambert  
  Bernard Pageau Marcel Émond Josée Charette Priscila De Araujo Lima  
  Jordan Mayer Marianne Lamarre Matheus Duarte Michaël Rondeau  
  Christian Landry Zoé Lagroix-Gauthier René Huot Charles Madet  
  Patrick Janelle Andriamanarivo Hanitrininofy Nadia Aubin-Horth Patricia Dompierre  
  Éven Jibouleau Manon Couture Marc-André Rioux Catherine C. Mckie  
  Mélanie Pratte     
           
  Vincent Boulanger Line Richard François L'Italien Antoine L'Italien  
  Kristoffer Estanol Juliette Émond Vénérée Randrianarisoa Michel Laflamme  
  Nicholas Phaneuf Colin Laflamme Adam Phaneuf Félix Musas  
  Dominick Richard St-Pierre Martial Audet Élie Audet Rivonjaka Aina  
  Ainahenintsoa Antso Jean-Claude St-Pierre Rémy Mayo Martin Éloi Soucy  
  Donovan Richard St-Pierre     
           
  Kerim Trtak Marie-Pier D. Smith    
           

  ceinture grade année/pratique âge occupation lieu de résidence
Jean Boisvert Noire 3e dan 24 ans 56 ans Enseignant St-Augustin-de-Desmaures

autobiographie: La révélation de mon intérêt pour les arts martiaux s’est faite avec le film de Bruce Lee : « La fureur de vaincre », en 1972. Je n’avais que huit ans. Quelques années plus tard, en 1980, je pratiquai l’escrime au cégep pendant un an. L’année suivante, un ami à moi me fit opter pour le judo. Une blessure au dos m’obligea à cesser ce sport. Durant les années subséquentes, je me suis adonné à des sports moins durs pour le corps : natation, vélo de montagne et badminton. À l’automne 1995, j’inscrivis mon fils à un cours de karaté Shotokan à Deux-Montagnes. Après l’avoir accompagné durant une session, je décidai de m’inscrire, en janvier 1996. C’est donc depuis ce temps que je pratique avec passion cet art martial. En juin 1996, je passais ma ceinture orange, après six mois de pratique. J’ai dû alors déménager à cause du travail. C’est à ce moment que j’ai rejoint le dojo de Sainte-Foy. En 2001, j’obtins mon premier kyu.

En 2004, je décidai de m’entraîner avec Georges-André Bernatchez sans toutefois rompre mes liens avec l’AKJQ. Georges-André est d’ailleurs gradué nidan de l’AKJQ. C’est pour ses qualités de combattant que j’ai décidé de m’entraîner avec lui. Je voulais diversifier mon approche du karaté. À l’automne 2004, j’ai recommencé à m’entraîner à Sainte-Foy dans le but de passer mon shodan. Je m’entraînais alors dans les deux dojos, à raison de 5 séances par semaine. C’est en mars 2005 que j’ai obtenu mon grade de shodan avec sensei Hiroyoshi « le neveu » Okasaki. Depuis l’hiver 2005, je suis revenu à Sainte-Foy à temps plein.

Le karaté m’a beaucoup apporté depuis toutes ces années. C’est une discipline qui développe plusieurs compétences transversales. La confiance en soi, le contrôle de soi et la rigueur en sont quelques exemples. Le karaté est bénéfique pour le corps autant que pour l’esprit. Pour terminer, j’ajouterais que le karaté devrait être enseigné dans les écoles comme au Japon car je crois fermement aux vertus de la pratique du karaté.

Jean Boisvert
Sandan AKJQ