Van Diep Doan

Cette section présente les membres du club de karaté Shotokan de Sainte-Foy.
Cliquez sur l'un ou l'autre des noms pour consulter les fiches personnelles...


.
 
           
  Gilles Périard Bernard Drolet Chantal Éthier Omer Devilao  
  Marc Brissette Danny Dickinson Willy Tiakoh Stephen J. Davids  
  Thomas De Freyman Jean Boisvert Denis Pelletier  Gilles Richard  
  Van Diep Doan Louis Rioux Daniel Asselin Zakaria Sorgho  
  Anne Savoie Mélany Rosa Louise Noël Dany Aupin  
  Guy Malenfant Pierre Fortier   Lynda Goulet Sylvia Geeurickx  
  Bernard Pageau Marcel Émond Josée Charette Priscila De Araujo Lima  
  Jordan Mayer Matheus Duarte Christian Landry Zoé Lagroix-Gauthier  
  René Huot Charles Madet Andriamanarivo Hanitrininofy Nadia Aubin-Horth  
  Manon Couture Marc-André Rioux Mélanie Pratte   
           
  Line Richard François L'Italien Antoine L'Italien Kristoffer Estanol  
  Juliette Émond Vénérée Randrianarisoa Nicholas Phaneuf Adam Phaneuf  
  Dominick Richard St-Pierre Rivonjaka Aina Ainahenintsoa Antso Donovan Richard St-Pierre  
           
  Kerim Trtak Marie-Pier D. Smith    
           

  ceinture grade année/pratique âge occupation lieu de résidence
Van Diep Doan Noire 2e dan 41 ans 54 ans Professionnel de recherche Val Bélair

autobiographie: Arrivé au Québec en 1981, c’est à Sept-Îles que j’ai passé mon adolescence et le début de l’âge adulte. J’ai débuté la pratique du Shotokan avec Sensei Claude Deschênes. Le karaté m’a rapidement conquis. Je m’entraînais assidûment avec un groupe de jeunes adolescents.

Les passages de grades se sont déroulés sans embûches et j’ai obtenu ma ceinture noire en 1989. L’université m’a appelé à m’installer à Québec où j’ai joint le club de Sainte-Foy en 1992. C’est en 1994 que j’ai passé mon deuxième dan. Dès 1997, j’ai essayé mon troisième dan, mais sans succès cette fois. Bien sûr, ce premier échec a été une grande déception pour moi. Depuis, j’ai modifié mes objectifs et je continue à m’entraîner, mais pour le simple plaisir, quand mes études et le travail me le permettent.

Et qui sait ce que le karaté me réservera dans l’avenir, car il semble qu’on y replonge toujours, tôt ou tard.



Van Diep Doan
Nidan AKJQ