Richard Vachon 

Cette section présente les membres du club de karaté Shotokan de Sainte-Foy.
Cliquez sur l'un ou l'autre des noms pour consulter les fiches personnelles...


.
 
           
  Gilles Périard Bernard Drolet Chantal Éthier Omer Devilao  
  Marc Brissette Danny Dickinson Willy Tiakoh Stephen J. Davids  
  Thomas De Freyman Jean Boisvert Denis Pelletier  Gilles Richard  
  Van Diep Doan Louis Rioux Daniel Asselin Zakaria Sorgho  
  Anne Savoie Sébastien Bergeron Parfait Ajavon Mélany Rosa  
  Louise Noël Dany Aupin Guy Malenfant Pierre Fortier    
  Louis Duguay Lynda Goulet Sylvia Geeurickx Paul Lambert  
  Bernard Pageau Marcel Émond Josée Charette Priscila De Araujo Lima  
  Jordan Mayer Marianne Lamarre Matheus Duarte Michaël Rondeau  
  Christian Landry Zoé Lagroix-Gauthier René Huot Charles Madet  
  Patrick Janelle Andriamanarivo Hanitrininofy Nadia Aubin-Horth Patricia Dompierre  
  Éven Jibouleau Manon Couture Marc-André Rioux Catherine C. Mckie  
  Mélanie Pratte     
           
  Vincent Boulanger Line Richard François L'Italien Antoine L'Italien  
  Kristoffer Estanol Juliette Émond Vénérée Randrianarisoa Michel Laflamme  
  Nicholas Phaneuf Colin Laflamme Adam Phaneuf Félix Musas  
  Dominick Richard St-Pierre Martial Audet Élie Audet Rivonjaka Aina  
  Ainahenintsoa Antso Jean-Claude St-Pierre Rémy Mayo Martin Éloi Soucy  
  Donovan Richard St-Pierre     
           
  Kerim Trtak Marie-Pier D. Smith    
           

Anciens membres du club
           
  Jocelyne Desgagné Patrick Marin Jean Tremblay  Maxime Lebrun  
  Luc Marc Baillargeon Lison Mailloux Richard Vachon  Jean-Christian Lemay  
  Habsouta Sidi Pierre Barry Horace Gagné  Annie Labbé  
  Alexandre Cantin Omar Benallegue Catherine Cyr-Wright Marie Michèle Boulet  
  Simon Jomphe Fabrice Kwitonda Valérie Lebel Ran Tao  
  Yann Gourhant Matteo Pusceddu François Vaillancourt Danny St-Pierre  
  Annie-Claude Taillon Viviane Vernardakis Cristian Moldovan Jimmy Edwards  
  Bernard Dagenais Laurie Poirier Leblanc Pascal Dorion Karine St-Hilaire Tremblay  
  Adrien Aubin-Landry Edgar Berthiaume Mireille Bourdeau Sébastien Bouchard–Théberge  
  Théo Vernardakis Rubis Lyodi Sofiane Hemch Christine Lozier  
  Jessy Tremblay Étienne Gélinas-Gagnon Louis-Philippe Guérin Michel Vernardakis  
  Francis Dompierre Guy Genois Marie Daneau Marie-Madeleine Vernardakis  
  Christian Comtois Anne-Marie Gaudet Alicia Harvey Camille Drolet  
  Dieudonné Somda Mariela Mircheva    
           
  ceinture grade année/pratique âge occupation lieu de résidence
Richard Vachon  Noire 2e dan 20 ans 65 ans Ingénieur Cap-Rouge

autobiographie: Si ma mémoire m'est fidèle, c'est en janvier 1973 que j'ai commencé les arts martiaux. À l'époque, j'étais étudiant au cégep de Limoilou. L'entraîneur était Laurent Baril, que plusieurs connaissent. Je crois m'être inscrit quatre sessions de sorte que j'ai dû y croiser notre ami Bernard et peut-être aussi Omer.
 
Les entraînements avec Laurent Baril n'étaient généralement pas de tout repos. Je me souviens qu'il y avait au-delà de 30 débutants chaque session. Après environ quatre semaines d'entraînement, quand l'entraîneur disait : « à soir on fait le ménage », nous avons vite fait de comprendre que seulement les plus endurants allaient revenir. Laurent Baril avait une tolérance près du zéro absolu à toute dérogation au code de discipline. Ainsi, un seul mot sur le tatami était réprimandé par 50 « push-up ». Pour les plus indisciplinés, un entraînement en incluait généralement 3 à 4 séries, un petit extra qui venait rapidement à bout des plus récalcitrants.
 
Chaque mois, Roger Massicotte (première ceinture noire à Québec en Shotokan au gabarit imposant) était invité au dojo. Avec mes yeux de débutant, j'ai surtout gardé en souvenir qu'il était le spécialiste du « fauchage ». J'ai encore frais en mémoire qu'il pouvait contrer les 7 ou 8 attaques oizuki consécutives d'un débutant en le fauchant. Une médecine qui serait difficilement acceptable de nos jours.
 
À la fin du cégep, je suis allé travailler à Montréal et j'ai complètement délaissé le karaté pendant 25 ans. À l'été 1999, j'étais à la recherche d'un dojo pour y inscrire mon fils Guillaume. Par hasard, j'ai vu la photo de Gilles (en zenkutsu) et Paul (kekomi au plexus de Gilles) dans le journal local. Paul venait d'obtenir sa ceinture noire à l'âge de 75 ans. Je venais d'apprendre qu'il y avait au cégep de Sainte-Foy un club de karaté Shotokan, style que je connaissais déjà.
 
J'ai inscrit Guillaume au cours du samedi avec Omer. J'ai décidé de suivre le cours en même temps histoire de passer le temps. Comme l'activité me plaisait, je me suis inscrit au cours des adultes avec Danny. J'avais gardé en souvenir les entraînements presque militaires avec Laurent Baril et j'ai été un peu surpris au début de la convivialité qui régnait pendant les cours. Je m'y suis toutefois habitué rapidement.
 
Dès les premières semaines d'entraînement, j'ai réalisé que quelques membres du club avaient survécu à Laurent Baril comme instructeur, ou bien s'étaient entraînés et s'entraînaient encore avec lui. Cela a facilité mon intégration. Je crois même avoir perçu quelques relents de son style parmi ceux qui l'ont côtoyé.
 
En 1999, je pratiquais diverses activités sportives que j'ai graduellement laissé tomber pour ne conserver que les arts martiaux. Je pratique d'abord le karaté pour me garder en forme. Les bienfaits sur l'esprit sont, selon moi, fonction de l'attitude de chacun et viennent sans doute avec les années.
 
Au camp d'été 2006 qui s'est tenu à Gaspé, j'ai obtenu le grade de Shodan (très exactement le 24 juin vers 15 h) après 7 années d'entraînement, quelques blessures mineures et une opération au dos. Je suis bien heureux du résultat de mon examen, car la dernière année d'entraînement a été très exigeante et je ne sais pas si j'aurais eu l'énergie nécessaire pour continuer avec autant d'intensité. En dehors des arts martiaux, il y a aussi la famille et une entreprise à gérer.
 
En 20 ans de pratique, il m'est très rarement arrivé de ne pas avoir envie de me rendre au dojo. J'aime les arts martiaux surtout lorsque l'on pratique les techniques. En second lieu, je préfère les katas et finalement le combat. J'ai bien l'intention de continuer à m'entraîner et éventuellement passer d'autres grades si mes articulations et mon dos tiennent le coup.
 
En terminant, j'aimerais remercier les entraîneurs qui m'ont guidé tout au long de ces 20 années. Au dojo de Sainte-Foy, nous avons la chance d'avoir des entraîneurs dévoués et expérimentés, aux compétences variées. Plusieurs membres du club pratiquent les arts martiaux depuis plus de 30 ans ce qui apporte une profondeur certaine lors des entraînements. Merci à tous, peu importe le grade, vous avez tous contribué à mon apprentissage. Merci enfin à ma conjointe pour sa disponibilité à l'égard de la famille. J'apprécie sa collaboration et sa complicité dans mes choix de vie.
 
Richard Vachon
Nidan AKJQ