Charles Madet

Cette section présente les membres du club de karaté Shotokan de Sainte-Foy.
Cliquez sur l'un ou l'autre des noms pour consulter les fiches personnelles...


.
 
           
  Gilles Périard Bernard Drolet Omer Devilao Marc Brissette  
  Danny Dickinson Willy Tiakoh Stephen J. Davids Thomas De Freyman  
  Jean Boisvert Denis Pelletier  Anne Savoie Louise Noël  
  Gilles Richard Van Diep Doan Louis Rioux Lynda Goulet  
  Daniel Asselin Zakaria Sorgho Josée Charette Mélany Rosa  
  Dany Aupin Guy Malenfant Pierre Fortier   Sylvia Geeurickx  
  Marcel Émond Priscila De Araujo Lima Jordan Mayer Matheus Duarte  
  Zoé Lagroix-Gauthier Maxime Bélanger René Huot Charles Madet  
  Andriamanarivo Hanitrininofy Mélanie Pratte    
           
  Line Richard François L'Italien Antoine L'Italien Rivonjaka Aina  
  Ainahenintsoa Antso Kristoffer Estanol Juliette Émond Vénérée Randrianarisoa  
  Servane Roupnel Andry Razafintsalama Milasoa Razafintsalama Dominick Richard St-Pierre  
  Isabelle Desbiens Roxana-Elena Constantin Christian Luis Morales Paey Luc Sénécal  
  Victor Marinoiu Donovan Richard St-Pierre    
           
  Kerim Trtak Marie-Pier D. Smith    
           

  ceinture grade année/pratique âge occupation lieu de résidence
Charles Madet Marron 2e kyu 10 ans 53 ans Économiste Sainte-Foy

autobiographie:


Dans ma famille, et ce, notamment du côté paternel, nous prétendons tous être des karatékas. La preuve, je crois que mon père, mes frères et moi avons vu à date presqu’en totalité, tous les films de karaté (Shaolin, Kung-Fu, Ninja, etc.). Depuis mon enfance jusqu’à aujourd’hui, le karaté a toujours suscité beaucoup de passion dans notre famille. Cela a commencé avec mon oncle, qui m’emmenait au cinéma tous les vendredis soirs pour voir des films de karaté. Lui aussi se prétendait karatéka et pratiquait après les films tout ce qu’il venait de voir.

À l’adolescence, j’ai pratiqué le Taekwondo pendant environ deux ans. Durant mes études à l’Université Laval, j’ai pratiqué le kung-fu pendant deux sessions (tout ce que je me rappelle c’est la position du cavalier, l’équivalent du Kiba-Dachi en Shotokan). Par ailleurs, mes intérêts pour les arts martiaux ont atteint leurs sommets, quand ma fille a commencé à pratiquer le Taekwondo à son école à l’automne 2008. J’ai essayé de reprendre pendant une session avec son Sabom-nim (instructeur 4e dan et plus en Taekwondo), mais mes activités professionnelles m’empêchaient d’être présent de manière assidue aux entraînements.

À l’été 2012, j’ai décidé de faire un retour en commençant par regarder les écoles de karaté dans la ville de Québec. Le Club Shotokan de Sainte-Foy a retenu mon attention non seulement par rapport à sa proximité avec ma résidence, mais beaucoup plus par rapport à son nombre d’années d’existence (il existe depuis septembre 1970, tout ce qui est stable et permanent m’attire). Au mois d’août 2012, j’ai décidé un samedi matin de rendre visite au Club avec ma fille pour me renseigner. À la porte d’entrée du local d’entraînement pour le karaté, je suis arrivé exactement au moment où j’ai entendu : « pause gorgée d’eau ». Le premier karatéka du club que j’ai croisé devant la porte, M Jean Boisvert, m’a référé auprès de Gilles Périard, l’instructeur-chef. Ce dernier nous a invités à nous asseoir pour assister à l’entraînement. Le plancher était en feu. J’assistais en direct à un film de karaté. À l’instant même, j’étais convaincu que ma place était dans ce Club.

Depuis l’automne 2012, je pratique au dojo Shotokan de Sainte-Foy, où je rencontre des personnes exceptionnelles. Merci à Denis Pelletier qui avec patience, a pu jeter les premières bases de mon apprentissage du Shotokan. Merci aussi à Danny Dickinson, Valérie et Gilles qui me forcent à m’améliorer à chaque entraînement, malgré mes difficultés à bien performer. L’ambiance amicale qui règne au Club est incomparable. Mes collègues avec qui j’ai débuté, Christian Landry, Patrick Janelle et Ran Tao, j’aimerais vous dire que je suis là pour rester. Merci à tous les membres du Club qui, d’une manière ou d’une autre, m’aident à devenir pour de vrai un karatéka.

Charles Madet
2e kyu AKJQ